Une question dans la salle ? Le grand moment de solitude

question_dans_la_salle

Il est fini le temps des conférences austères où le public écoutait religieusement les présentations des intervenants. Pourtant, au moment d’inviter les participants à poser des questions, l’animateur est souvent confronté à une difficulté : la première question tarde à venir. Dans ce billet, nous allons vous donner dix conseils pour passer ce moment difficile.

L’avènement du Web et des médias sociaux a largement libéré la parole : les gens ont pris l’habitude de s’exprimer publiquement, de partager, de commenter. Du moins lorsqu’ils sont à l’abri derrière leur écran. Il en va encore tout autrement lorsqu’il s’agit de prendre la parole en public. Pudeur et timidité reprennent bien souvent le dessus. C’est l’une des raisons qui expliquent combien il est difficile de démarrer une session de questions-réponses lors d’un événement ou d’une conférence. Heureusement, des solutions existent pour enclencher la dynamique.

Bien préparer la session de questions-réponses

Conseil n°1 : ciblez bien votre public

Tout le monde ne s’intéresse pas à tous les sujets. La première condition pour que les participants posent des questions est que le sujet de l’intervention les touche ou les interpelle.  On ne le répétera jamais assez : le choix en amont des participants est une condition clé du succès de tout événement.

Conseil n°2 : facilitez la tâche de votre auditoire

D’un point de vue pratique, poser des questions doit être facile : prévoyez notamment des micros en nombre suffisant et si possible des hôtesses pour les distribuer.

Conseil n°3 : préparez des questions à l’avance

La première question est toujours la plus difficile à obtenir. En effet, avant la session de questions-réponses, tous vos participants sont fondus dans une masse sécurisante et anonyme : l’auditoire. Celui qui va poser la première question va devenir un individu isolé, clairement identifiable, qui va se distinguer du groupe. Pour lui, c’est une prise de risque. Il arrive que personne ne veuille prendre ce risque.

Pour qu’un silence pesant ne s’installe pas, il est utile d’avoir préparé une ou deux questions, que poseront des complices dans l’assistance. Cela permet de briser la glace et de mettre à l’aise celui qui posera la première « vraie » question, car il n’aura pas l’impression d’être le premier.

Concevoir des interventions propices aux questions

Conseil n°4 : ne dites pas tout dans les interventions

Demandez aux intervenants de dire l’essentiel sans vouloir à tout prix être exhaustifs. Les points non couverts dans le détail seront autant d’occasions de questions. Les intervenants les plus doués arrivent même, dans leur exposé, à laisser volontairement des points dans l’ombre, tout en les suggérant, pour susciter des questions.

Conseil n°5 : privilégiez des interventions courtes

Si vous voulez que les participants posent des questions, encore faut-il qu’ils ne dorment pas.  Bannissez donc à tout prix les interventions fleuves. Travaillez avec les intervenants pour calibrer leurs prises de parole autour d’une vingtaine de minutes (voir « chérie j’ai rétréci ta présentation »). A l’issue de cette période, votre auditoire sera encore suffisamment frais et dispos pour poser des questions.

Miser sur l’interactivité

Conseil n° 6 : insufflez un état d’esprit participatif pendant tout l’événement

Il est beaucoup plus facile d’obtenir des questions de l’assistance si vous l’avez fait intervenir régulièrement pendant l’événement que si elle est restée passive jusqu’à la session finale de questions-réponses. Au cours de l’événement, en tant qu’animateur ou qu’intervenant, vous pouvez par exemple :

– interpeller vos auditeurs par des sondages à main levée ;

– les faire voter ou participer à des sondages grâce à des applications dédiées ;

– les faire participer à des activités ludiques (applaudimètre, nuage de mots clés, etc.).

Toutes ces activités constituent une forme d’« échauffement » pour vos participants qui les aidera à se jeter à l’eau au moment des questions.

Conseil n°7 : faites-vous aider par les internautes

Si votre événement est retransmis en direct sur le Web, invitez les internautes à poser des questions sur les médias sociaux ou sur une plateforme dédiée. C’est une manière de les associer, et aussi d’obtenir des questions plus facilement, car les internautes sont souvent moins timides que les personnes dans la salle.

Si les premières questions de l’auditoire tardent à venir, vous pouvez lancer la session de questions-réponses en répondant aux questions des internautes.

Conseil n°8 : contournez la timidité en invitant l’auditoire à poser ses questions par écrit

Dans le prolongement du conseil précédent, indiquez à votre audience qu’elle peut poster des messages ou des questions en direct pendant l’événement. Cette forme de live-tweet peut permettre de faire émerger des questions au fur et à mesure des interventions, auxquelles les speakers pourront répondre pendant la session de questions-réponses.

Savoir répondre aux questions

Conseil n°9 : motivez votre auditoire en répondant vraiment aux questions

Les premiers à poser des questions font preuve d’un certain courage : récompensez-les en apportant le plus grand soin aux réponses que vous leur apportez. Tout d’abord, assurez-vous de bien comprendre la question, en la reformulant et au besoin en demandant des précisions. Puis, lorsque vous répondez, essayez d’apporter une réponse riche et argumentée. A la fin, demandez au participant si vous avez bien répondu à sa question. De cette manière, vous montrez que poser des questions vaut le coup, et vous encouragez les suivants à le faire.

Conseil n°10 : faites-vous l’allié de ceux qui posent des questions

En tant qu’animateur, vous avez un rôle à jouer pour aider votre auditoire à effectivement obtenir des réponses aux questions qu’il a posées. Si vous constatez que l’intervenant qui répond fait de la langue de bois ou tente d’esquiver, n’hésitez pas à revenir à la charge, avec humour mais détermination.

Là encore, vous prouverez que la session de questions-réponses n’est pas un simulacre, et vous motiverez les autres participants à poser à leur tour des questions.

La session de questions-réponses est souvent un moment que les animateurs d’événements appréhendent. Les dix conseils que nous venons de passer en revue devraient vous aider à passer ce cap. Souvenez-vous : les questions-réponses sont une chance car elles permettent d’impliquer vos participants et donc d’accroître la satisfaction lors de vos événements.

Découvrez comment Beekast peut vous aider à animer votre session de questions-réponses.

Partagez cet article :
Facebooktwitterlinkedin

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *