Cinq trucs infaillibles pour s’échapper d’une réunion ennuyeuse

echapper_reunion_ennuyeuse

Vous avez tout fait pour ne pas en être, mais voilà : vous vous retrouvez coincé dans une réunion soporifique.  Ne vous tourmentez plus ! Dans ce billet, vous allez découvrir cinq astuces, parfois cocasses, pour vous échapper… et des pistes pour ne pas en arriver là.

Vous pressentiez que la réunion allait être ennuyeuse et vous ne vous étiez pas trompé… A moins que la réunion, intéressante sur le papier, ne s’avère finalement vide de sens. Quoi qu’il en soit, vous y êtes. Nous allons vous aider à en sortir.

1. Choisir une place près de la sortie

Quelle que soit la tactique que vous utilisiez pour quitter la réunion, vous allez vous désolidariser d’un groupe. C’est visible, et souvent gênant. La règle de base est donc de vous placer près d’une issue, pour ne pas avoir à traverser toute une salle sous des regards lourdement réprobateurs.

Avantage : en vous plaçant le plus près possible de la porte, vous facilitez votre exfiltration.

Inconvénients :

  • Les places sont parfois attribuées à l’avance ;
  • Cela nécessite d’anticiper le fait que la réunion risque d’être ennuyeuse.

2. Aller chercher ses enfants chez la nounou

En fin voire en milieu d’après-midi, faites un sourire poli à l’animateur et expliquez que vous devez aller chercher vos enfants chez la nounou (ou à la crèche, ou à la sortie de l’école…). Quelle bonne mère / quel bon père vous êtes !

Avantages :

  • Il est difficile pour l’animateur de vous refuser la possibilité d’aller chercher vos enfants ;
  • C’est valorisant pour votre image personnelle de parent attentionné ;
  • Vous montrez que vous n’êtes pas prêt(e) à sacrifier votre vie familiale pour votre carrière.

Inconvénients :

  • Encore faut-il avoir des enfants ;
  • Cette méthode est délicate à employer si d’autres parents participent à la réunion et y restent ;
  • Cette excuse peut finir par irriter si vous l’utilisez lors de plusieurs réunions ;
  • Elle risque, dans certaines entreprises, de bloquer votre progression professionnelle.

3. Simuler un appel sur son smartphone

Si vous êtes prévoyant, vous pouvez programmer une alarme ayant le même son que votre sonnerie de téléphone à une certaine heure. Faites alors semblant de parler à voix basse à votre interlocuteur, ou sortez de la salle et revenez ensuite. Dans tous les cas, prétextez une urgence (décès de votre grand-oncle ou inondation dans votre appartement) pour quitter la réunion.

Avantages :

  • Cette méthode est bien adaptée aux geeks et autres accros du portable ;
  • Reconnaissons qu’elle est assez ludique !

Inconvénients :

  • Vous devez préméditer votre sortie (difficile de programmer l’alarme discrètement pendant la réunion) ;
  • Cette technique nécessite un certain culot et des talents d’acteurs qui ne sont pas l’apanage de tout le monde.

Cette astuce vous intéresse ? Demain, il sera peut-être même possible de déclencher des appels factices à la demande, comme cela avait été illustré dans cette vidéo humoristique en 2014 :

4. Feindre un malaise

Dans un registre plus dramatique, vous pouvez simuler un malaise pendant la réunion. Plissez les paupières et entrouvrez la bouche (niveau avancé : laisser couler un fin filet de salive) ; faites trembler vos mains ; baissez la tête puis relevez-là dans un effort visible pour montrer que vous luttez contre le malaise.  Puis effondrez-vous brutalement sur la table, jusqu’à ce qu’un collègue vous aide à vous relever et vous fasse sortir de la salle.

Avantages :

  • Bien réussie, cette méthode est imparable : vous sortez à coup sûr de la salle de réunion ;
  • Vous vous attirez la sympathie de vos collègues : en professionnel consciencieux, vous avez tout fait pour assister à la réunion, mais vous avez été vaincu par votre malaise ;
  • Encore une fois, bien réalisée, cette technique est très crédible. Après tout, rappelons-nous les paroles du bon docteur Knock dans la pièce de Jules Romain :

« Tomber malade, vieille notion qui ne tient plus devant les données de la science actuelle. La santé n’est qu’un mot, qu’il n’y aurait aucun inconvénient à rayer de notre vocabulaire. Pour ma part, je ne connais que des gens plus ou moins atteints de maladies plus ou moins nombreuses à évolution plus ou moins rapide. »

Inconvénients :

  • Vous devez être un excellent acteur. L’idéal est d’avoir pratiqué les faux malaises lorsque vous étiez sur les bancs de l’école ;
  • En cas de simulation ratée, vous ruinez en même temps votre réputation de professionnel sérieux et d’acteur ;
  • En cas de réussite, vous risquez de ne pas pouvoir retourner à votre poste ou rentrer chez vous, mais d’être conduit manu militari à l’infirmerie, flanqué de votre collègue Robert que vous ne supportez pas ;
  • N’oublions pas qu’à force de feindre un malaise de manière réaliste, vous risquez de vous rendre malade pour de bon.

5. Être honnête

Plus sérieusement, la meilleure manière de quitter une réunion dans laquelle vous perdez votre temps est d’expliquer que votre présence n’a pas de valeur ajoutée. Dites très poliment qu’il vous semble que vous n’êtes pas concerné par les sujets abordés, ou que vous n’avez pas d’éléments à apporter. Faites bien comprendre que vous agissez dans l’intérêt de l’entreprise, et que votre temps sera mieux utilisé si vous le consacrez à vos chantiers en cours.

Avantages :

  • Cette méthode vous évite de mentir, puis de devoir vous souvenir de votre mensonge pour être cohérent ;
  • Elle témoigne de votre réel professionnalisme et montre que vous vous souciez de l’intérêt de l’entreprise.

Inconvénients :

  • Cette technique nécessite de la diplomatie, pour ne pas donner à penser que vous méprisez la réunion en cours ou vous faire passer pour un personnage hautain ;
  • Vous ne pouvez pas répéter cette technique trop souvent, car un bon professionnel ne saurait se retrouver coincé de manière répétée dans des réunions où il n’a pas sa place ;
  • Si l’animateur de la réunion insiste pour que vous restiez, vous risquez de perdre la face ou de vous exposer à un conflit.

Moralité

On ne le répétera jamais assez : le meilleur moyen de ne pas rester coincé dans une réunion ennuyeuse est de ne pas y aller. Étudiez soigneusement l’ordre du jour, et n’hésitez pas à décliner une invitation, en expliquant pourquoi (sujet ne vous concernant pas, manque d’éléments à apporter, etc.).

Vous aurez ainsi un comportement réellement professionnel en montrant :

  1. que vous avez étudié l’ordre du jour de la réunion,
  2. que vous vous souciez du bon usage de votre temps,
  3. que vous savez prendre des décisions et ne suivez pas passivement les consignes, sans réfléchir.

Si malgré tout vous êtes tenu d’assister à la réunion, ou si celle-ci n’est pas à la hauteur de vos attentes, positivez et essayez d’en tirer le meilleur parti, en étant proactif. Par exemple, proposez de rédiger le compte rendu, posez des questions, participez.

Les réunions ennuyeuses ne sont pas une fatalité. Il est de la responsabilité de l’animateur de choisir avec soin les participants, et de mettre en œuvre des techniques et des outils d’animation qui feront de la réunion un moment non seulement productif, mais également agréable. 

Découvrez comment Beekast vous aide à tirer le meilleur parti des réunions en entreprise.

Partagez cet article :
Facebooktwitterlinkedin

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *